05 65 21 94 09

Ce cycle annuel d’échanges de jeunes, mené depuis 3 ans par les Francas d’Occitanie et l’Arbeiterwohlfahrt (AWO) Weser-Ems, s’adresse à des participants engagés en volontariat au sein d’organisations partenaires : il s’agit du Service Civique en France et du Freiwilliges Soziales Jahr (FSJ) en Allemagne. Les jeunes concernés sont issus pour la plupart de territoires ruraux ; la priorité est donnée aux plus éloignés des dispositifs de mobilité européenne (non diplômés, en difficulté sociale, etc).

Ces volontaires vivent une expérience dont les objectifs sont d’échanger sur la notion de valeurs (personnelles, défendues par leur pays respectif, par l’Europe) et sur leur vision : Que pensent-ils de l’Europe d’aujourd’hui ? Que souhaitent-ils pour celle de demain ?

En février 2019, 11 participants de France et 13 d’Allemagne se sont retrouvés à Papenburg pour la première partie du projet. Le groupe au complet, satisfait de l’expérience vécue, avait hâte de se retrouver pour l’échange retour en avril à l’auberge de jeunesse le CHAI de Cahors.

Celui-ci, axé sur l’organisation politique et sur l’impact de l’Union européenne (UE) sur les pays membres, a questionné leur place de citoyen. À partir d’images illustrant des mesures concrètes prises par l’UE, ils ont redécouvert l’Europe dans leur quotidien ; à l’aide de débats mouvants et de simulations de co-décision, ils ont réfléchi à ce qu’ils veulent pour l’Europe de demain. En cette année d’élections européennes, l’équipe d’animation a également associé les programmes des candidats.

Pour preuve de ces réflexions, voici le témoignage de Wendeson, volontaire brésilien en France : « Cette expérience m’a permis de me rendre compte que la vie des jeunes se ressemble beaucoup dans nos deux pays, nous vivons les mêmes choses, regardons les mêmes films, rencontrons les mêmes difficultés… L’important, c’est de réussir à dépasser les clichés que l’on a sur nos voisins. Les nationalités, c’est quelque chose de passionnel. Penser au niveau européen, c’est plus rationnel, c’est plus difficile à faire ; c’est moins naturel. Ce genre de rencontre, qui nous permet de vivre avec nos voisins, ça crée des sentiments qui nous relient à l’Europe. On a besoin de vivre ensemble ces valeurs et pas seulement d’en entendre parler. Les échanges de jeunes permettent de construire l’Europe par la base, par les peuples, par la jeunesse. »

Ce projet a été réalisé grâce au soutien financier de l’OFAJ, de l’UE à travers le programme ERASMUS+ Jeunesse et du Conseil régional Occitanie.

Plus d’infos sur le blog de l’échange : https://oureurope.home.blog/